Nous voici le 2 mars, déjà. Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ce poème de Maurice Carême (1899-1978), même si la météo est exceptionnellement clémente et que seuls tombent du ciel les rayons du soleil :

 

Mars

Il tombe encore des grêlons,
Mais on sait bien que c'est pour rire.
Quand les nuages se déchirent,
Le ciel écume de rayons.

Le vent caresse les bourgeons
Si longuement qu'il les fait luire.
Il tombe encore des grêlons,
Mais on s'est bien que c'est pour rire.

Les fauvettes et les pinsons
Ont tant de choses à se dire
Que dans les jardins en délire
On oublie les premiers bourdons.
Il tombe encore des grêlons…

 

à bientôt