C'est presque la question que je me pose aujourd'hui. On essaie un nouveau traitement, je vous l'avais dit il y a quelques jours. Moins de LYRICA et un autre médicament pour les crises.
OK
Samedi, une belle crise comme je ne les aime pas pointe le bout de son nez. Un petit comprimé et..... le grand planeur.
Point positif : plus de douleur.
Le grand bonheur chimique. Je n'aime pas trop me sentir dans le potage. Eh bien ! Là, ce n'était plus du potage, c'était du cake. Bien solide. Mais bien agréable aussi. J'ai passé une partie de la journée (celle où je n'ai pas dormi) avec un sourire un peu niais. Question productivité, inutile de dire que ça n'a pas été ça.
Le soir, une fois les brumes dissipées, j'ai bien râlé que je n'en reprendrai pas de si tôt.
Le lendemain, la douleur s'est levée en même temps que moi. J'ai fais à nouveau appel à la chimie. Les effets secondaires ont été moins spectaculaires, mais j'ai tourné au ralenti.
Aujourd'hui, la douleur est supportable, je ne me tournerai pas vers les paradis artificiels.
Impressionnant, ce genre de substances. Je comprends qu'on puisse devenir accro. Et dire que l'objectif de tous ces médicaments est que je puisse reprendre une vie normale... C'est une blague, non ?

Maintenant que je suis revenue sur terre, j'attrape mes aiguilles et rattrape le temps perdu. Promis, j'aurai bientôt quelque chose à vous montrer.

à bientôt