La forme n'est pas au top en ce moment.

Côté polynévrite, pas de nouveau, ce qui est plutôt bien. Mes mains sont toujours comme un peu engourdies, ce qui ne me permet hélas pas de broder vraiment, mais mes jambes semblent "tenir le coup". Si la maladie pouvait s'en tenir à ce pallier un bon moment, j'apprécierais !!

Par contre, depuis quelques temps, je souffre de douleurs épouvantables dans l'épigastre droit. J'ai passé une échographie et un scanner, et le premier résultat est que mon foie est stéatosique (le foie gras, c'est de saison..) et surtout son volume a beaucoup augmenté. Ma vésicule biliaire, par contre, s'est ratatinée. Cela peut expliquer les douleurs. On peut craindre une sorte de cirrhose médicamenteuse, ce qui ne serait pas plus rarissime que ça au vu des traitements que je prends.

A cela s'ajoutent des reflux (remontées acides) très violents. Résultat : il faut des examens complémentaires, sous anesthésie générale, et sans traîner. Je vais être hospitalisée quelques jours, du 22 au 24 décembre. Je ressortirai avec plein de belles photos de mon intérieur, mais surtout, enfin je l'espère, un diagnostic plus précis et un espoir de traitement ou d'acte pour supprimer ces douleurs infernales.

Au passage, comme j'expliquais au gastro-etc mon problème de sudation excessive, il a émis une hypothèse qui me semble intéressante : ce pourrait être lié à la polynévrite, la maladie pouvant aussi endommager le réseau nerveux qui "commande" aux glandes sudoripares. D'autres personnes atteintes de polynévrite connaissent-elles aussi ce désagrément (et là, je suis soft : dégouliner une partie de la journée ne facilite pas la vie sociale) ?

Je me cramponne, mais je dois avouer que j'en ai marre : marre de toujours souffrir, marre d'être toujours patraque. Mon Monsieur est d'une patience d'ange et d'un soutien sans faille, mes enfants prévenants et aimants. De ce côté, je ne suis pas à plaindre : mon entourage est fantastique. Malgré tout, j'ai l'impression d'être un boulet geignant qui ne va jamais bien (s'ils lisent ça, ils vont tous râler, c'est sûr). Je supporte de plus en plus mal de toujours avoir mal, d'être au ralenti, de ne pouvoir faire parfois même les choses les plus insignifiantes.

Il me faut essayer de "cultiver la patience". Je n'ai pas encore trouvé le mode d'emploi...

à bientôt.